1 2 3

III.  Synthèse des points principaux de l’avis de l’Autorité environnementale - Confluent et des coteaux de prayssas plan local d

bet2/3
Sana08.07.2018
Hajmi236.86 Kb.

 III.  Synthèse des points principaux de l’avis de l’Autorité environnementale

Le projet de plan local d’urbanisme de la commune d’Aiguillon vise à encadrer le développement du territoire

d’ici 2025.

Les besoins en logements et en surfaces ouvertes à l’urbanisation apparaissent sur-estimés et doivent être

précisés, afin de tenir compte des incohérences soulevées dans le présent avis.

L’Autorité environnementale considère également que  les  ambitions de  densité doivent être augmentées

pour réduire les impacts sur les espaces naturels et agricoles par la diminution des surfaces à urbaniser. En

l’état le projet de PLU ne traduit pas les orientations de maîtrise des consommations foncières fixées par le

cadre légal et réglementaire en vigueur.

L’Autorité   environnementale   estime   tout   particulièrement   nécessaire   de   compléter   le   dossier   en   ce   qui

concerne l’adéquation des capacités de traitement des eaux usées, quel que soit le mode de gestion des

eaux, avec le projet de développement tant de l’habitat que de certaines activités. L’impact potentiel de la

mise en œuvre du projet sur l’environnement à cet égard apparaît largement sous estimé, et de ce fait

l’évaluation des incidences Natura 2000 également insuffisamment étayée.

Le président de la MRAe 

     


Nouvelle-Aquitaine

      Frédéric DUPIN

      

AVIS DÉLIBÉRÉ N°2017ANA145 adopté lors de la séance du 25 octobre 2017 par

                                               la mission régionale d’autorité environnementale de la région Nouvelle-Aquitaine

6/6


 

 

 

 

 

 

 

 

1/1 

Centre Développement Ingénierie 

Toulouse

 

82, chemin des courses BP 13731

 

31037  TOULOUSE CEDEX 1

 

TEL : 

05.62.14.91.00

 

RTE Réseau de transport d’électricité 

société anonyme à directoire et conseil de 

surveillance 

au capital de 2 132 285 690 euros 

R.C.S.Nanterre 444 619 258

 

www.rte-france.com  

 

 

 

   

 

 

VOS REF. 

NOS REF.

 

   

 

 

CC du Confluent et des Coteaux 

de Prayssas 

REF. DOSSIER

 

 

TER-ART-2017-47004-CAS-116653-L4Y3N0

 

4 Place du XIV juillet 

BP28 

INTERLOCUTEUR 

  Mikael LE LAY 

47190 AIGUILLON 

TÉLÉPHONE 

  05.62.14.91.00 

 

MAIL 

  mikael.le-lay@rte-france.com 

le 

A l’attention de M. Michel MASSET 

 

FAX 

   


OBJET

 

 

PLU Arrêt du projet Commune d'Aiguillon 

 

 

 

 

  Toulouse, le 21/09/2017 

 

 

Monsieur le Président de l’EPCI, 

 

Nous accusons réception du dossier du projet de PLU de la commune d’

Aiguillon

, arrêté 

par  délibération  en  date  du  17/07/2017  et  transmis  pour  avis  le  01/08/2017  par  vos 

services. 

Nous  vous  informons  que,  sur  le  territoire  couvert  par  ce  document  d’urbanisme,  nous 

n’exploitons pas d’énergie électrique Haute Tension indice B (≥ 50kV), existant ou projeté 

à court terme. Nous n’avons donc aucune observation à formuler. 

Nous restons à votre entière disposition pour tout renseignement complémentaire et nous 

vous prions d'agréer, Monsieur le Président de l’EPCI, l'assurance de notre considération 

très distinguée. 

 

   

 

 

 



 

NOTICE EXPLICATIVE 

de la loi du 15 juillet 1845 

Sur la police des chemins fer 

 

 

 

Le présent document a pour objet, d’une part, de définir les principales servitudes s’imposant aux propriétaires 

riverains  du  Chemin  de  Fer  qui  se  proposent  d’édifier  des  constructions  à  usage  d’habitation,  industriel  ou 

commercial  et,  d’autre  part,  d’attirer  l’attention  des  constructeurs  sur  la  question  des  prospects  susceptibles 

d’affecter le domaine ferroviaire. 

 

 

 

1 / 

SERVITUDES GREVANT LES PROPRIETES RIVERAINES DU CHEMIN DE FER

 

 

L’article 3 de la loi du 15 juillet 1845 sur la police des chemins de fer rend applicable aux propriétés riveraines 

de  la  voie  ferrée  les  servitudes  prévues  par  les  lois  et  règlements  de  la  grande  voirie  et  qui  concerne 

notamment : 

 

l’alignement, 

l’écoulement des eaux, 

la distance à observer pour les plantations et l’élagage des arbres plantés. 

 

D’autre part, les articles 5 et 6 de ladite loi instituent des servitudes spéciales en ce qui concerne les distances 

à respecter pour les constructions et les excavations le long de la voie ferrée. 

 

De  plus,  en  application  du  décret  -loi  du  30  novembre  1935  modifié  par  la  loi  du  27  octobre  1942,  des 

servitudes peuvent grever les propriétés riveraines du chemin de fer en vue d’améliorer la visibilité aux abords 

des passages à niveau. 

 

Les distances fixées par la loi du 15 juillet 1845 sont calculées à partir de la limite légale du chemin de fer, 

laquelle est indépendante de la limite réelle du domaine concédé à la SNCF. 

 

 

 

 

Selon l’article 5 de cette loi, la limite légale du chemin de fer est déterminée de la manière suivante : 

 

 

a)  Voie en plate-forme sans fossé : 

 

Une ligne idéale tracée à 1,50 mètre  

du bord du rail extérieur (figure 1). 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

 

 

 

b)  voie en plate-forme avec fossé : 

 

le bord extérieur du fossé (figure 2) 

 

 

c)  voie en remblai : 

 

l’arête inférieure du talus de remblai (figure 3) 

 

 

 

ou 

 

 

le bord extérieur du fossé si cette voie 

en comporte un (figure 4) 

 

   

 

 

 

d)  voie en déblai : 

 

l’arête supérieure du talus de déblai (figure 5) 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans le cas d’une voie posée à flan de coteau, la limite légale à considérer est constituée par le point extrême 

des déblais ou remblais effectués pour la construction de la ligne et non la limite du terrain naturel (figures 6 et 

7). 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

Lorsque le talus est remplacé par un mur de soutènement, la limite légale est, en cas de remblai, le 

pied, et, en cas de déblai, la crête de ce mur (figures 8 et 9). 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lorsque le chemin de fer est établi en remblai et que le talus a été rechargé ou modifié par suite d’apport de 

terre ou d’épuration de ballast, la limite légale pourra être déterminée à partir du pied du talus primitif, à moins 

toutefois que cet élargissement de plate-forme ne soit destiné à l’établissement prochain de nouvelles voies. 

 

En  bordure  des  lignes  à  voie  unique  dont  la  plate-forme  a  été  acquise  pour  2  voies,  la  limite  légale  est 

déterminée en supposant la deuxième voie construite avec ses talus et fossés. 

 

Il  est,  par  ailleurs,  fait  observer  que  les  servitudes  prévues  par  la  loi  du  15  juillet  1845  sur  la  police  des 

chemins de fer n’ouvrent pas droit à indemnité. 

 

Enfin,  il  est  rappelé  qu’indépendamment  des  servitudes  énumérées  ci-dessus  –  dont  les  conditions 

d’application  vont  être  maintenant  précisées  –  les  propriétaires  riverains  du  chemin  de  fer  doivent  se 

conformer,  le  cas  échéant,  aux  dispositions  de  la  loi  de  1845,  concernant  les  dépôts  temporaires  et 

l’exploitation des mines et carrières à proximité des voies ferrées. 

 

 

 

1 ) 

ALIGNEMENT

 

 

L’alignement est la procédure par laquelle l’administration détermine les limites du domaine public ferroviaire. 

 

Tout  propriétaire  riverain  du  chemin  de  fer  qui  désire  élever  une  construction  ou  établi  une  clôture,  doit 

demander  l’alignement.  Cette  obligation  s’impose  non  seulement  aux  riverains  de  la  voie  ferrée  proprement 

dite,  mais  encore  à  ceux  des  autres  dépendances  du  domaine  public  ferroviaire  telles  que  gares,  cours  de 

gares, avenues d’accès, etc.. 

 

L’alignement est délivré par arrêté préfectoral. Cet arrêté indique aussi les limites de la zone de servitudes à 

l’intérieur  de  laquelle  il  est  interdit,  en  application  de  la  loi  du  15  juillet  1845,  d’élever  des  constructions, 

d’établir des plantations ou d’effectuer des excavations. 

 

L’alignement  ne  donne  pas  droit  aux  riverains  du  chemin  de  fer  les  droits  qu’il  confère  le  long  des  voies 

publiques, dits « aisances de voirie ». Ainsi, aucun accès ne peut être pris sur la voie ferrée. 

 


 

 

 

2 ) 

ECOULEMENT DES EAUX

 

 

Les  riverains  du  chemin  de  fer  doivent  recevoir  les  eaux  naturelles  telles  qu’eaux  pluviales,  de  source  ou 

d’infiltration provenant normalement de la voie ferrée ; ils ne doivent rien entreprendre qui serait de nature à 

gêner leur libre écoulement ou à provoquer leur refoulement dans les emprises ferroviaires. 

 

D’autres  part,  si  les  riverains  peuvent  laisser  écouler  sur  le  domaine  ferroviaire  les  eaux  naturelles  de  leurs 

fonds, dès l’instant qu’ils n’en modifient ni le cours ni le volume, par contre il leur est interdit de déverser leurs 

eaux usées dans les dépendances du chemin de fer. 

 

 

3 ) 

PLANTATIONS

 

 

a)  arbres à hautes tiges : aucune plantation d’arbres à haute tige ne peut être faite à moins de six mètres de 

la limite légale du chemin de fer. Toutefois, cette distance peut être ramenée à deux mètres de la limite 

réelle par autorisation préfectorale (figure 10). 

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

b)  haies vives : Elles ne peuvent être plantées à l’extrême limite des propriétés riveraines : une distance de 

deux mètres de la limite légale doit être observée, sauf dérogation accordée par le Préfet qui peut réduire 

cette distance jusqu’à 0,50 m de la limite réelle (figure 11). 

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

4 ) 

CONSTRUCTIONS

 

 

Indépendamment des marges de reculement susceptibles d’être prévues dans les Plans Locaux d’Urbanisme 

(P.L.U.) ou dans les cartes communales pour les communes dépourvues de P.L.U., aucune construction autre 

qu’un mur de clôture, ne peut être établie à moins de deux mètres de la limite légale du chemin de fer.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il résulte des dispositions précédentes que si les clôtures sont autorisées à la limite réelle du chemin de fer, 

les constructions doivent être établies en retrait de cette limite dans le cas où celle-ci serait située à moins de 

deux mètres de la limite légale. 

 

Cette servitude de reculement ne s’impose qu’aux propriétés riveraines de la voie ferrée proprement dite, qu’il 

s’agisse  d’une  voie  principale  ou  d’une  voie  de  garage  ou  encore  de  terrains  acquis  pour  la  pose  d’une 

nouvelle voie. 

 

Par  ailleurs,  il  est  rappelé  qu’il  est  interdit  aux  propriétaires  riverains  du  chemin  de  fer  d’édifier,  sans 

l’autorisation de la SNCF, des constructions qui, en raison de leur implantation, entraîneraient, par application 

des dispositions d’urbanisme, la création de zones de prospect sur le domaine public ferroviaire (cf. 2

ème

 partie 


ci-après). 

 

 

5 ) 

EXCAVATIONS

 

 

Aucune excavation ne peut être édifiée en bordure de la voie ferrée lorsque celle-ci se trouve en remblai de 

plus  de  trois  mètres  au-dessus  du  terrain  naturel,  dans  une  zone  de  largeur  égale  à  la  hauteur  du  remblai, 

mesurée à partir du pied de talus (figure 13). 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Est à considérer comme dangereux pour le chemin de fer, une excavation dont le fond de fouille entamerait un 

talus fictif dont la crête serait située à 1,50 m du rail le plus proche et ayant une inclinaison de 45° par rapport 

à la verticale,  lorsque  le terrain naturel a un coefficient de frottement (1) supérieur à  1 (figure  13bis) et  une 

inclinaison de 60° par rapport à la verticale lorsque le terrain naturel, peu stable, a un coefficient de frottement 

inférieur à 1 (figure 13ter). 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

(1) coefficient de frottement 

 

sable fin et sec 

 

0,60 


sable très fin 

 

0,65 

terre meuble très sèche  

0,81 


terre ordinaire bien sèche 

1,07 


terre ordinaire humectée 

1,38 


terre forte très compacte 

1,43 


PAGE

 

6

 

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER FRANCAIS 

 

SIREN 552 049 447 RCS PARIS

 

 

6 ) 

CARRIERES

 

 

Sont considérés comme carrières les gîtes de matériaux de construction, de matériaux d’empierrement et de 

viabilité,  de  matériaux  pour  l’industrie  céramique,  de  matériaux  d’amendement  pour  la  culture  des  terres  et 

d’autres substances analogues, le tout exploité à ciel ouvert ou avec des galeries souterraines. 

 

L’exploitation d’une carrière doit être déclarée au Maire qui transmet la déclaration au Préfet. Elle est soumise 

à la réglementation édictée par le décret 56.838 du 16 août 1956 portant code minier, et aux décrets pris en 

application de l’article 107 de ce code. 

 

Lors de l’exploitation à ciel ouvert, les bords de fouilles ou excavations sont établies et tenues à une distance 

horizontale de 10 mètres au moins des bâtiments ou constructions quelconques, publics ou privés, des routes 

ou chemins, cours d’eau, canaux, fossés, rigoles, conduites d’eau, etc. L’exploitation de la masse est arrêtée, 

à compter des bords de la fouille, à une distance horizontale réglée à un mètre pour chaque mètre d’épaisseur 

des  terres  de  recouvrement,  s’il  s’agit  d’une  masse  solide  (figure  15)  ou  à  un  mètre  pour  chaque  mètre  de 

profondeur  totale  de  fouille,  si  cette  masse,  par  sa  cohésion,  est  analogue  à  ces  terres  de  recouvrement 

(figure 16). 

 

   

Figure 15 

Figure 16 

 

 

L’exploitation  d’une  carrière  souterraine  ne  peut  être  poursuivie  que  jusqu’à  une  distance  horizontale  de  10 

mètres  des  bâtiments  et  constructions  quelconques,  des  routes  et  des  chemins,  etc.  Cette  distance  est 

augmentée d’un mètre pour chaque mètre de hauteur de l’excavation (figure 17). 

 

  Figure 17 

 

Si l’exploitation d’une carrière à ciel ouvert ou d’une carrière souterraine à proximité du chemin de fer a pour 

effet de compromettre la solidité de la voie, la SNCF conserve la possibilité d’intervenir pour faire modifier les 

conditions de cette exploitation ou faire rapporter l’arrêté préfectoral qui l’a autorisée. Il appartient au chef de 

district d’alerter ses supérieurs et au Directeur d’Etablissement d’intervenir auprès du Préfet. 

 

 

 

 

 



PAGE 

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER FRANCAIS 

 

SIREN 552 049 447 RCS PARIS

 

 

7 ) 

SERVITUDES DE VISIBILITE AUX ABORDS DES PASSAGES A NIVEAU

 

 

Les  propriétés  riveraines  ou  voisines  du  croisement  à  niveau  d’une  voie  publique  et  d’une  voie  ferrée  sont 

susceptibles d’être frappées de servitudes de visibilité en application du décret-loi du 30 octobre 1935 modifié 

par la loi du 27 octobre 1942. 

 

Ces servitudes peuvent comporter, suivant les cas : 

 

- l’obligation de supprimer les murs de clôture ou de les remplacer par des grilles, de supprimer les plantations 

gênantes, de ramener et de tenir le terrain et toute superstructure à un niveau déterminé, 

 

- l’interdiction de bâtir, de placer des clôtures, de remblayer, de planter et de faire des installations au-dessus 

d’un certain niveau, 

-  la  possibilité,  pour  l’administration,  d’opérer  la  résection  des  talus,  remblais  et  tous  obstacles  naturels,  de 

manière à réaliser des conditions de vues satisfaisantes 

 

Un plan de dégagement soumis à enquête détermine, pour chaque parcelle, la nature des servitudes imposées, 

lesquelles ouvrent droit à indemnité. 

 

A défaut de plan de dégagement, le DDE soumet à la SNCF, pour avis, les demandes de permis de construire 

intéressant une certaine zone au voisinage des passages à niveau non gardés. 

 

Cette zone est teintée en gris sur le croquis ci-dessous (figure 14). 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

II  ème  PARTIE

  – 

PROSPECTS  SUSCEPTIBLES  D’AFFECTER  LE  DOMAINE 

FERROVIAIRE

 

 

L’attention des constructeurs est appelée sur le fait qu’au regard de l’application des règlements d’urbanisme, le 

domaine ferroviaire doit être assimilé, non pas à la voie routière, mais à une propriété privée, sous réserve, le 

cas échéant, des particularités tenant au régime de la domanialité publique. 

 

Les constructeurs ne peuvent, par conséquent, constituer sur le domaine ferroviaire les prospects qu’ils sont en 

droit de prendre sur la voie routière. Ils sont tenus de se conformer aux dispositions relatives à l’implantation des 

bâtiments par rapport aux fonds voisins, telles qu’elles sont prévues par le Plan Local d’Urbanisme (P.L.U), ou à 

défaut,  par  le  règlement  national  d’urbanisme.  En  outre,  compte  tenu  des  nécessités  du  service  public  du 

chemin  de  fer,  des  prospects  ne  peuvent  grever  les  emprises  ferroviaires  que  dans  la  mesure  où  ils  sont 

compatibles avec l’affectation donnée à ces emprises. 

 

Dès lors, tout constructeur qui envisage d’édifier un bâtiment qui prendrait prospect sur le domaine ferroviaire, 

doit se rapprocher de la SNCF et, à cet effet, s’adresser au chef de la Direction Déléguée Infrastructure de la 

Région.  La  SNCF examine alors si les besoins du service public ne s’opposent  pas à la création du prospect 

demandé. Dans l’affirmative, elle conclut, avec le propriétaire du prospect intéressé, une convention aux termes 

de  laquelle  elle  accepte,  moyennant  le  versement  d’une  indemnité,  de  constituer  une  servitude  de  non-

aedificandi sur la partie du domaine ferroviaire frappé du prospect en cause. 

 

Si cette servitude affecte une zone classée par sa destination dans le domaine public ferroviaire, la convention 

précitée ne deviendra définitive qu’après l’intervention d’une décision ministérielle ayant pour objet de soustraire 

cette zone au régime de la domanialité publique

 

 

 


PAGE 

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER FRANCAIS 

 

SIREN 552 049 447 RCS PARIS

 

 

LOI DU 15 JUILLET 1845  

sur la police des chemins de fer

 

 

TITRE I 

MESURES RELATIVES A LA CONSERVATION DES CHEMINS DE FER

 

TITRE II 

DES CONTRAVENTIONS DE VOIRIE COMMISES PAR LES CONCESSIONNAIRES OU FERMIERS DE 

CHEMINS DE FER 

TITRE III 

DES MESURES RELATIVES A LA SURETE DE LA CIRCULATION SUR LES CHEMINS DE FER  

 

TITRE 1

er

 

MESURES RELATIVES A LA CONSERVATION DES CHEMINS DE FER 

 



Do'stlaringiz bilan baham:

©2018 Учебные документы
Рады что Вы стали частью нашего образовательного сообщества.
?


iii-international-24.html

iii-international-244.html

iii-international-249.html

iii-international-253.html

iii-international-258.html